Akiko (Denis Forcier)

Chaque oeuvre a son histoire, laissez-moi vous raconter celle-ci.

Qui est Akiko, celle qui apparaît sur le tableau de Denis Forcier, et lui donne son nom ?

En 1998, Denis Forcier participe au 16e Symposium d’art contemporain de Baie Saint-Paul. Il se lie d’amitié avec les artistes participants et fondent même, avec eux, le Groupe des 13 : ils sont Chinois, Suisse, Allemand, Mexicain, Irakien, etc. Au moment de se quitter, Denis lance au groupe un projet qui pourrait les rassembler à nouveau:  avec des appareils photos 3D et un boîtier qu’il a fabriqués et qu’il leur remet, il propose à chacun /chacune de faire une série de photos, en vue d’une prochaine exposition.  Le projet, hélas!, ne voit jamais le jour. Mais Denis garde l’idée en tête.

«J’enseignais à l’UQTR les arts plastiques. J’avais une étudiante d’origine japonaise qui m’informe de son projet d’aller voir ses parents au Japon. Je ne fais ni un ni deux, je lui donne un de mes appareils 3D et lui propose de faire des photos de son entourage : des gens, des lieux, des espaces. J’ai superposé 3 photos, celle prise par Akiko d’un chantier de construction où l’on voit un échafaudage de bambous, celle de sa signature que j’ai rehaussée, et une photo d’elle que j’ai prise et retravaillée. J’en ai fait une peinture avec une vision binoculaire, mais avec des lunettes 3D, le coup d’oeil est fascinant !»

J’ai retrouvé Akiko, la jeune fille du tableau. Elle s’appelle Akiko Sasaki. Née à Tokyo, elle habite et travaille à Trois-Rivières où elle enseigne les arts plastiques comme maître verrière, à l’UQTR. Depuis 20 ans, Akiko poursuit une carrière d’artiste sculpteure avec, pour matériau de prédilection, le verre qu’elle souffle, taille, façonne, polit.